Mildiou de la tomate : lutter efficacement

Le mildiou de la tomate est l’une des maladies les plus dévastatrices  tant elle peut être rapide et progressive.

Dès l’apparition de noir sur les feuilles, on peut d’ors et déjà penser au mildiou de la tomate.

Voici comment éviter le mildiou et éventuellement traiter contre cette maladie.

Conditions d’apparition du mildiou de la tomate :

Le mildiou de la tomate, de son nom scientifique Phytophthora infestans, est un champignon qui donne lieu à une maladie cryptogamique dévastatrice.

Comme tous les champignons, les conditions favorables de leur développement son la conjugaison de 2 facteurs, la chaleur et l’humidité.

Une fois le pied de tomate touché, on commence à voir les feuilles noircir. Si on ne traite pas, tous les pieds de tomates peuvent être touchées en quelques jours et anéantir la récolte.

Eviter le mildiou de la tomate :

La première chose à faire pour éviter l’apparition du mildiou c’est d’avoir des pieds de tomates bien aérés. En faisant circuler l’air au maximum, vous garantissez un séchage plus rapide des feuilles.

Des pieds trop serrés créent aussi un confinement propice au développement du mildiou de la tomate. Le mildiou se propage sur les feuilles mouillées donc au plus elles resteront mouillées longtemps et au plus vous aurez de chances d’être touché par le mildiou.

Lors de l’arrosage, n’arrosez jamais le feuillage mais seulement au niveau du pied.

Enfin, évitez que les feuilles et les tomates ne touchent le sol. En effet, le sol est un très bon vecteur de maladies et de champignons comme le mildiou. En touchant le sol, vous favorisez l’apparition du mildiou.

Traiter le mildiou de la tomate :

Il n’existe pas vraiment de traitement curatif pour le mildiou de la tomate mais en observant régulièrement vos plants, vous devriez pouvoir stopper le développement du mildiou.

Dès l’apparition de tâches noires ou brunes sur les feuilles, supprimez-les et détruisez-les de manière à ne garder aucune trace du champignon.

Utilisez un sécateur propre, idéalement stérilisé après chaque coupe, pour ne pas contaminer les plants encore sains.

Ensuite, traitez avec de la bouillie bordelaise et renouvelez l’opération régulièrement jusqu’à environ 15 jours avant la récolte des tomates.

Vous pouvez aussi pulvériser une solution à base de bicarbonate de soude à raison d’1 cuillère à soupe par litre d’eau et 1 cuillère à soupe de savon noir liquide.