Favoriser la biodiversité quand il s’agit de limaces, vraiment?

L’Association les Jardins des Délices s’engage pour la biodiversité. Nous sommes ravis de voir que les fleurs et légumes que nous plantons encouragent la venue de différents insectes. Nous avons été tout aussi heureux de recevoir parfois la visite de hérissons, dont un lors de notre soirée d’inauguration, en 2014!

Mais quand il s’agit de limaces, c’est une autre histoire. Sur le principe on reconnaît que chaque espèce a son rôle. On les encourage à se régaler des petites feuilles que nous leur laissons, loin de nos plantons. Il vaut en effet mieux que les limaces s’éloignent car gare à elles quand elles croisent un de nos délicieux jardiniers si elles tiennent à leur vie; on n’est pas toujours tendres envers elles.

Pour favoriser un plus grand respect des divers espèces et encourager chacun à jouer son rôle, nous souhaitons favoriser la présence de hérissons et qui sait, l’année prochaine peut-être aura-t-on la chance d’avoir des tritons.

Pour en savoir plus, vous pouvez lire une petite présentation de la façon dont nous pourrions encourager les hérissons et les tritons à s’installer aux Jardins.

Publicités

Aux Jardins des Délices… rapport d’activités 2016

Chaque année, nous essayons d’améliorer le jardin pour qu’il soit plus agréable, commode et facile à cultiver. Faire le bilan de l’année dernière aux Jardins nous offre l’occasion de noter les points sur lesquels nous progressons, et les points restant à améliorer.

Et vous, qu’en pensez-vous?

Nous espérons que la lecture du rapport annuel 2016 vous motivera à exprimer vos envies, vos attentes, vos plaisirs et vos déceptions relatifs aux Jardins.

Faites-nous en part lors du prochain rendez-vous des Jardins : l’Assemblée générale du 17 mai. Nous nous retrouverons au Clos Voltaire à 18h30 pour discuter, faire le point, élire le Comité, et partager un repas.

Vos épluchures pour nos légumes !

En fin d’été dernier nous avons commencé à faire notre propre compost que nous avons commencé à l’utiliser pendant l’hiver.  C’est un magnifique compost, épais, noir, grouillant de vers de terre et autres supers petites bêtes!

Nous vous invitons à apporter vos déchets au compost, et contribuer ainsi à la fertilisation de nos jardins ! N’hésitez pas à encourager vos voisins et amis du quartier à faire de même.

Vous pouvez mettre toutes vos matières biodégradables au compost, et les poser sur le tas grillagé, notamment:

  • Toutes sortes d’épluchures de légumes
  • Les restes de repas style pates ou riz
  • Coquilles d’œufs écrasées, marc de café avec le filtre, sachets de thé
  • Vous pouvez également y amener des restes de viande, poisson et pelures d’agrumes.

NB: Les pommes de terre germées ainsi que les coquilles de noix et noisettes sont à introduire à quantité limitée.

NB: Les sacs plastiques, même « biodégradables » ne sont pas bienvenus!

Nous n’utilisons pour l’instant pas le bac vert, ni le tas de compost qui mûrit de l’autre côté de l’arbre.

Si vous souhaitez participer au groupe « compost » des jardins, faites-le nous savoir ! Ce groupe s’occupe, avec Caroline Dommen, de touiller les tas, les déplacer le moment venu, de soigner la préparation et planifier l’utilisation du compost.

Save

Save

Un moment aux Jardins – comme chaque mercredi

Nous continuons à nous retrouver aux jardins tous les mercredi soirs entre 18h et 19h. Certains jardinent, d’autres viennent dire bonjour.  Sachez qu’il y a maintenant un hamac aux Jardins pour ceux qui veulent venir s’y prélasser.
Voici le Compte-rendu du moment de coordination aux Jardins du mercredi 10 août 2016.

Notre réunion de Coordination Jardins de ce mois s’est déroulée de manière informelle autour de diverses activités aux Jardins et a été composée en grande partie de discussions par-ci par-là entre deux, trois, voire plus des jardiniers présents. On a grelotté à cause de la bise, tout en transpirant lors de travaux au soleil.

Magali a déroulé de la ficelle au-dessus des tomates pour leur servir de tuteur, Isabelle a ameubli la terre autour des pommes de terre, Bernard a entretenu des parcelles, Florance s’est occupée de différentes plantes et Patricia a découvert de nouvelles tâches aux jardins tout en s’inquiétant de ne pas voir rougir les tomates.parcelle maïs haricots

Nous avons été contents de voir Bianca, qui nous a félicités pour notre travail, et avons accueilli une nouvelle membre, Hélène.

Colette, Marion, Gille et Guillaume se sont occupés des plants de tomates, lourds de fruits, dans le bac des enfants.

Nous avons récolté deux courgettes bien rondes, une courge, quelques radis déjà un peu trop gros, des fleurs de courgettes, un peu de roquette et de chou kale.

Caroline a raconté ses rencontres avec des jardiniers urbains à Cherbourg et à Nantes et a cueilli quelques graines de silène, d’oignon, de lin et de tagète pour eux pour les remercier de leur accueil et pour entériner des liens entre potagers de différentes villes.

Nous confirmons qu’il y a rarement besoin d’arroser plus d’un jour sur deux.

Nous observons que notre besoin de tuteurs est pressant et prévoyons d’aller en acheter quelques-uns.

Nous avons rigolé des malentendus possibles du fait que les artichauts ont donné des plantons de tomates et que ces plantons portent des poires. (Il s’agit bien sûr de l’association les Artichauts qui nous a donné des plantons de tomates poire jaune).

Nous décidons de continuer les moments de jardinage en commun les mercredis à partir de 18h jusqu’à mi-octobre, et ensuite de passer au rythme automnal et hivernal de un samedi matin sur deux.

Les réunions de Coordination des Jardins continueront à avoir lieu tous les 2e mercredis du mois et sont ouvertes à tous.

l’été s’annonce… nous fêtons ça avec un apéro le 22 juin

Malgré une météo plus que capricieuse, nous tenons le cap et continuons à nous retrouver aux jardins pour en prendre soin le mieux possible et cultiver les liens d’amitié.

Il peut paraitre paradoxal de vous solliciter pour ….. l’arrosage mais nous espérons avoir bientôt assez soleil que nos tomates rougissent.

Il nous faut prévoir un tournus d’arrosage jusqu’à fin septembre. De nombreuses semaines sont déjà pourvues, mais il reste quelques lacunes à combler : la semaine du 14 septembre, la semaine du 21 septembre, et un soutien pour les deux premières semaines d’août.

La liste à jour est affichée sur le panneau des Jardins et consultable sur le site internet des Jardins des Délices.

Profitez aussi de ce temps en duo ou trio afin de mieux faire connaissance avec d’autres jardiniers, d’entretenir un peu le jardin (tuteurer des plantes, désherber ou autre selon votre envie et votre disponibilité) et surtout, de récolter ce qui arrive à maturité!

Nous disposons de plantons de tomates surnuméraires à donner… si vous en voulez, contactez-nous, ou passez en prendre aux Jardins et nous sommes par contre demandeurs de tuteurs d’1,50m.

Il reste encore un peu de place pour vos semis ou plantons (nous n’avons pas beaucoup de courges, concombres, salades), il n’est pas trop tard!

Afin de faciliter la communication et aussi la spontanéité, nous proposons de créer un groupe WhatsApp « travail jardins et apéros »

Si vous souhaitez faire partie de ce groupe, manifestez-vous afin que nous puissions vous ajouter.

Et enfin,  les Jardins vous ouvrent les bras,

mercredi 22 juin pour un apéro canadien, dès 18h.

Jardins et Quartier – cultiver des liens aux Délices?

En avril ne te découvre pas d’un fil !

Nous suivons ce conseil en gardant nos plantons encore bien au chaud. Cela ne nous a pas empêché d’être actifs aux Jardins durant ce mois d’avril; plantant poireaux, patates, pois mange-tout et d’autres légumes dont le nom ne commence pas par P. Nous avons aussi fabriqué, avec des familles voisines, des bombes à graines, installé une nana à insectes, et nettoyé les alentours de notre parcelle et du Clos Voltaire en ramassant des centaines de mégots de cigarettes et autres déchets.

Jardins des Délices Genève    Jardins des Délices Genève

Vous avez été nombreux à participer à notre assemblée générale le 13 avril. Ce rendez-vous a été l’occasion de parler de questions concernant les jardins urbains en général et nos délicieux Jardins à nous sous le titre « Jardins et Quartier – cultiver des liens aux Délices? »

(Vous pouvez visionner l’introduction à la discussion sur la page Facebook des Jardins des Délices).

Jardins et Quartier – cultiver des liens aux Délices? Points forts de la discussion

Pierre Chappuis, du Service social de la Ville de Genève, a présenté la trentaine de potagers urbains existant en Ville de Genève. Il a parlé du rôle que peuvent jouer ces jardins dans la création de liens, la réduction de tensions sociales, l’intégration de populations potentiellement marginalisées (requérants d’asile par exemple). Il a décrit comment les jardins peuvent augmenter la beauté d’un quartier, se référant au soin que portent les jardiniers à leur activité.

Robert Mikolajewski a évoqué les tensions qu’on peut observer dans les jardins urbains en Suisse romande, basé sur son étude intitulée Potagers urbains, phénomène d’actualité à multiples facettes.

Magali Feller, membre fondatrice de l’Association les Jardins des Délices, a présenté quelques-unes des valeurs de l’Association. Elle a rappelé à quel point nous avons été ambitieux à vouloir intégrer dans notre projet la biodiversité (y compris l’accueil d’un hérisson lors de notre tout premier apéritif, organisé pour célébrer la création des jardins), la culture (au sens large, incluant nos envies et réalisations artistiques et esthétiques tout autant que la culture de fleurs et de légumes) et les rencontres.

Marc Coulibaly, Conseiller en Action communautaire (UAC) à la Ville de Genève a mentionné quelques-unes des difficultés de cohabitation autour des Jardins des Délices, notamment la présence de chiens très vifs souvent sans laisse, et indique que les problèmes de voisinage se résolvent gentiment.

Une participante a évoqué le rôle de quelques habitants de la résidence Cavour (EPI), qui cultivent fleurs et herbes aromatiques dans un bac aux Jardins des Délices. Un autre participant a attiré l’attention du public sur la récente création de potagers dans le parc des Franchises, à Châtelaine.

Une personne du public a questionné la qualité de légumes produits en pleine ville: la pollution de l’air affecte-t-elle la qualité des légumes? Question à creuser par les jardiniers urbains!

Une jardinière de notre jardin voisin le Pot’à’Jean a partagé son avis que si le jardinage collectif fait sens pour les jardiniers des Délices, ce n’est pas le cas pour tous les jardiniers urbains. En effet, pour un(e) jardinier(e) souhaitant observer et améliorer sa production personelle, ce qui est son cas, une parcelle individuelle est préférable. Elle rappelle que le Pot’à’Jean fonctionne dans un esprit de partage, même si des parcelles individuelles existent.

La discussion a continué autour d’un verre. Merci aux usagers de l’Espace de Quartier du Clos Voltaire, qui ont agrémenté l’apéritif qui a suivi la discussion de leurs contributions culinaires délicieuses, très appréciées!